audio guides, tour guide système

 

 

Guide audio du rivière souterraine des Grottes de Saint-Joseph (Vall d´Uixo, Castellón)

 

 

Bienvenu dans la rivière souterraine des Grottes de Saint-Joseph. Celles-ci constituent un complexe impressionnant dû aux phénomènes de corrosion du calcaire formant cinq grottes connues et connectées entre elles. La grotte de plus grande taille donne le nom à l’ensemble, connue comme être la Grotte de Saint-Joseph ou la Fontaine (source), par une suggestion hypothétique active de l’eau qui forme la naissance de la rivière Belcaire. Le volume de ses eaux est tel, que la rivière est navigable dans une partie importante de son parcours, et que la cavité est déclarée d’intérêt touristique et elle est gérée par le Conseil Municipal du Val d’Uixo.

 

- Audioguia Bienvenida

- Idioma Español

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en español Pulse aquí

 

- Audioguia Bienvenida

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en inglés Pulse aquí

 

- Audioguia Bienvenida

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en francés Pulse aquí

 

- Audioguia Bienvenida

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en alemán Pulse aquí

- Audioguia Bienvenida

- Idioma Italiano

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en italiano Pulse aquí

- Audioguia Bienvenida

- Idioma Ruso

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en ruso Pulse aquí

 

 

Actuellement 2.384 mètres ont été explorés et cartographiés, mais ce n’est pas le parcours total de la cavité et malgré les multiples visites de spéléologues, on ne connaît toujours pas l’origine de la rivière ni la fin de la grotte.

 

 

A gauche, vous pouvez observer quelques peintures rupestres de l’époque paléolithique qui ont été déclarées par l’UNESCO Patrimoine de l’Humanité. Elles sont de couleur rougeâtre parce qu’ils ont utilisés un mélange de pigments naturels et de minéraux, comme l’ocre dilué avec des huiles. Ce sont des lignes onduleuses qui représentent la rivière. Par le dégorgement continu de l’eau et de l’humidité, il se forme une pellicule de chaux qui masque la peinture ce qui empêche de l’observer avec clarté. La proximité d’un village ibérique, nous indique qu’à cette époque, la grotte a été connue et explorée, comme d’ailleurs pendant la longue époque romaine, et comme nous le confirme une plaque dédiée à Ciao Cneo Gras, fils du consul romain Marco Licinio Craso.

Ensuite, à droite, nous pouvons voir un enfoncement qui a été utilisé comme habitat par des groupes d’humains durant la préhistoire, et qui est dénommé de nos jours « galerie des archéologues «, puisque c’est là que se trouvent des excavations dans la partie postérieure de la grotte. A l’intérieur de la montagne, où nous nous trouvons actuellement, ses galeries font parties de la grotte avec des formations de corrosion de calcaire, réalisées par les courants d’eau qui circulent sous terre grâce à l’infiltration des eaux superficielles.

En continuant le parcours vers l’embarcadère, à droite, nous trouvons un gisement archéologique de l’époque « magdalénienne « période de la préhistoire, paléolithique supérieur. Ces roches se sont écroulées 10.000 av. J.-C., suite à un cataclysme. Les fouilles archéologiques réalisées par le Musée Archéologique Municipal du Val d’Uixo, ont révélé une séquence professionnelle avec des niveaux de l’époque magdalénienne et de l’âge du bronze, avec en plus deux panneaux avec un art rupestre. Les chercheurs ont trouvé des fragments de sédiments, de coquillages, des régurgitations d’oiseaux, des excréments… de l’année 17.000 av. J.-C.

 

 

LE PREMIER EMBARQUEMENT

 

Nous avons embarqué et l'aventure commence. Ce voyage a une durée de 40 minutes durant lequel nous allons réaliser un parcours de 1.050 mètres, dont 800 mètres sont dans une barque et 250 mètres à pied. La température de l’eau et de l’atmosphère, se maintiennent constamment pendant toute l’année : l’eau est à 17 degrés Celsius (63 degrés Fahrenheit) et l’atmosphère est de 20 degrés (68 Fahrenheit), par conséquent ce qui varie c’est le contraste avec l’extérieur. À partir de maintenant vous allez être des spectateurs des formations capricieuses que la nature a faite au fil des années dans cette grotte merveilleuse.

 

 

- Audioguia Sala de los Murciélagos

- Idioma Español

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en español Pulse aquí

 

- Audioguia Sala de los Murciélagos

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en inglés Pulse aquí

 

- Audioguia Sala de los Murciélagos

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en francés Pulse aquí

 

- Audioguia Sala de los Murciélagos

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en alemán Pulse aquí

- Audioguia Sala de los Murciélagos

- Idioma Italiano

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en italiano Pulse aquí

- Audioguia Sala de los Murciélagos

- Idioma Ruso

- Formato mp3

Audio guía Cuevas de San José en ruso Pulse aquí

 

Pour des raisons de sécurité et pour que tout se déroule tranquillement, s’il vous plaît, restez assis et en silence pendant tout le trajet et gardez les mains toujours à l’intérieur de la barque. Il n’est pas permis de : réaliser des photos, ni de toucher les murs ainsi que ses formes de la grotte.

Nous commençons la traversée, en nous déplaçant sur une profondeur de mètres, pour arriver à la première des salles, la plus spectaculaire, la « salle des chauves –souris ». Elle mesure 10 mètres de large et 35 mètres de long. Cette salle se dénomme ainsi parce qu’elle fut autrefois habitée par des milliers de chauves-souris. Au plafond, vous pouvez observer un échantillon très intéressant de grandes et nombreuses « marmites inversées «.

Au loin, nous distinguons la silhouette arrondie d’un petit tunnel dénommé « promenade des amoureux « ; pourquoi ce nom : parce que pour le traverser, il faut tellement se baisser que nous embrassons presque la personne qui est en face. Ce tunnel a une longueur de 17 mètres et 4 mètres de profondeur et c’est le premier tunnel artificiel que nous rencontrons sur notre chemin.

 

 

Après être sorti de la promenade des amoureux, nous nous trouvons avec la présence inattendue et captivante du « lac diane «. Il a une profondeur de 5 mètres et doit son nom à sa forme arrondie qui passe sur lui. Dans cette salle, au plafond, sur votre gauche vous pouvez voir un lessivage de grande taille, dénommé le "Châle de Manille", et à droite, la naissance de petites stalactites. Si nous poursuivons, nous voyons la » salle de la Moreneta » et juste après la « salle des miroirs », où de loin nous distinguerons l’ombre d’un petit tunnel. Juste avant celui-ci, à droite se trouve le « Lac Bleu « avec ses 12 mètres c’est la zone la plus profonde de la rivière souterraine.

Le tunnel est connu sous le nom de « galerie des siphons «. Il mesure 36 mètres de long et 8 mètres de profondeur. Antérieurement, il était formé par trois siphons consécutifs qui empêchaient de continuer la traversée ; mais en 1960, un groupe de spéléologues de Vilanova et Piera de la Députation de Valence, ont vérifiés la continuité de la grotte. En 1961, il a été décidé d’agir à partir de complexes explosions à la dynamite, ce qui a permis d’ouvrir une voie et ainsi de découvrir la galerie sèche, qui sera ouverte au public en 1973. Au long des années suivantes de nouvelles galeries et siphons ont été découverts. Plus tard nous débarquerons dans la galerie sèche. Suivez les indications du batelier/du barreur pour descendre sans problème de la barque.

 

 

UNE GALERIE SÈCHE

 

Maintenant nous nous trouvons dans la galerie sèche. A partir d’ici vous allez parcourir 250 mètres à pied pour arriver à un autre embarcadère, où vous monterez à nouveau dans la même barque pour finir le trajet. Aussi, vous devez mémoriser le numéro de votre embarcation. Il n’est pas permis de : réaliser de photos, de toucher les murs, ni les formes de la grotte. Autrefois, le lit de la rivière parcourait cette galerie, mais étant donné que le niveau de l’eau est descendu, la rivière a abandonné ce lit naturel. Sur le chemin, vous pourrez observer les structures curieuses qui se sont formées dans la roche par le passage de l’eau tout au long des siècles. Sur le chemin, nous verrons le » lac du crocodile ». Celui-ci a une roche érodée qui évoque cet animal entrain de prendre tranquillement un bain de soleil.

 

 

Près du « lac du crocodile », si nous levons les yeux, nous verrons l’une des plus jolies forme de la grotte, c’est la « cascade de la fleur », avec ses 17 mètres de peintures pariétales sur les murs latéraux.

 

 

Ensuite, quelques mètres plus loin, nous verrons le « visage du diable », qui par l’érosion des années, des eaux et des pluies torrentielles, arrivaient à cette hauteur, ont créé cette figure ténébreuse. Immédiatement ensuite, se trouve la forme d’un dinosaure de grande taille. À la fin de la galerie vous trouverez un embarcadère. Identifiez le numéro de sa barque et suivez les indications du batelier pour embarquer en toute sécurité.

 

 

 

 

DEUXIEME EMBARCATION

 

Nous sommes dans la partie la plus intérieure de la grotte. Cette salle reçoit le nom de vallons. A partir d’ici, à droite, il y a 2 kilomètres de plus qui sont explorés mais pas adaptés pour la visite. La naissance de la rivière est dans cette direction, mais ce n’est pas encore découvert. Nous commençons le retour ; cette partie de la traversée où nous allons naviguer, correspond à un parcours équivalent à celui que nous avons fait à pied. Le cours de la rivière que nous allons parcourir se situe à quelques mètres au-dessous du sol de la galerie sèche et décrit un demi-cercle opposé et symétrique au parcours de la galerie. L’union des deux forme un cercle. Maintenant nous naviguons sur une profondeur minimum de 50 centimètres.

 

 

Dès lors, vous pourrez observer le « chien pancho « . C’est une roche qui se trouve dans la rivière, près du bord droit. Avant d’y arriver, le « chien pancho » ressemble à une simple roche, mais après l’avoir passé et si l’on tourne le regard en arrière, nous découvrons avec surprise un « chien » qui garde. En naviguant, un peu plus loin nous verrons en chemin des salles en forme de plages.

 

 

Nous arrivons à un lac obscur d’environ deux mètres de profondeur, qui est connu comme le « lac du diable «. Il règne dans ce lieu un air de mystère. Et juste ensuite, dans la trajectoire de la barque nous trouvons le lieu dénommé « le peigne «. Nous nous baissons pour ne pas trébucher sur lui. Il a une forme rectangulaire avec des protubérances qui ressemblent à des dents. C’est par les années qu’il a obtenu ce nom.

Après » le peigne », sur la droite nous distinguons “ le rocher “. C’est l’un des plus grands éboulements qui existe actuellement dans les Grottes de Saint-Joseph. Ceci est dû à la dissolution des roches par l’eau, caractéristique d’un paysage présentant des phénomènes de corrosion du calcaire.

Une fois » le rocher » passé, nous trouvons « la cathédrale «, ainsi appelée dû à sa hauteur spectaculaire de 12 mètres et seulement 70 cm de profondeur. Sur les murs, il y a des marques incrustées par l’ancien lit de la rivière. Comme vous pouvez observer, nous nous approchons de l’embarcadère où nous avons antérieurement débarqué pour parcourir la galerie sèche. Nous avons navigué la moitié du cercle qui contourne la galerie sèche. En abandonnant l’embarcation, nous nous dirigeons à nouveau vers la galerie des siphons, mais cette fois dans l’autre sens.

À partir d'ici, nous allons parcourir le même chemin qu’à l'aller, bien que ce soit dans la direction opposée, beaucoup de choses vont vous sembler différentes.

Après avoir parcouru la galerie des siphons, la salle des miroirs se montre devant nous, appelée ainsi parce que lorsque l'eau est calme et l’on peut se voir sur les murs de la grotte grâce à ses eaux.

 

 

Ensuite, une fois à l’intérieur de la salle de la Moreneta, nous découvrons au plafond, de front, la plus grande stalactite de la grotte. En tenant en compte qu’un centimètre cube de stalactite met cent ans à se former, celle-ci a 35.000 ans. Certains lui trouvent une ressemblance à un orgue d’église…ce qui est certain c’est qu’elle n’a pas de nom spécifique.

 

 

Dans la même salle, quelques mètres plus loin, nous pouvons voir au plafond, à gauche, « la méduse «. C’est l’une des formes les plus caractéristiques des grottes dû à sa singularité. Sa base est un disque flottant qui a grandi de l’intérieur vers l’extérieur. Ensuite il y a le « lac Diane » qui s’ouvre de nouveau devant nous.

Une fois le siphon de la promenade des amoureux traversé, quand nous rentrons dans « la salle des chauves-souris « nous pouvons contempler l’une des plus belles vues de toute la visite. Au fond de la salle, en face de nous, il y a « le Portail de Bethléem «. Question, est-ce qu’il lui ressemble vraiment ? Presqu’à la fin du parcours, il y a « la pierre du bonheur « . Nous ferons une exception et nous passerons en barque près de la roche, pour que vous puissiez la toucher et faire un vœu, tout en souhaitant qu’il se réalise. En arrivant à l’embarcadère, nous finalisons notre voyage. Nous vous rappelons que vous devez donner votre guide audio à la réception. De même, sachez que vous pouvez demander les photographies souvenir du voyage en barque et vous trouverez divers souvenirs des grottes. Il nous reste à vous remercier pour votre visite et nous espérons que vous avez trouvé du plaisir à découvrir ces grottes de Saint Joseph.

 

 

Rivière souterraine des Grottes de Saint-Joseph : Paraje Grutas de San José s/n, 12600 - La Vall d´Uixó, Castellón.

- Tel.: +34 964 69 05 76 - reservas@riosubterraneo.com - www.riosubterraneo.com -

 

 

Retour à l'index

 

 
Avis légal|Audioguides Bluehertz|infofrance@audioguias-bluehertz.es| Tel.: +33 (0)1 84 88 04 27 certificados