audio guides, tour guide système

 

 

Guide Audio du Parc National de Cabañeros (Ciudad Real, Spain)

 

 

1. Bienvenue

 

 

- Audio guía bienvenida

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía bienvenida

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía bienvenida

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía bienvenida

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous te souhaitons la bienvenue au centre des visiteurs du Parc National de Cabañeros. Mes camarades m’ont choisie pour t’accompagner tout au long du parcours parmi les salles. Je découvrirai avec toi les nombreux trésors et secrets que loge ce merveilleux espace naturel. J’ai beaucoup de choses à te raconter, par conséquent mettons nous en route. Mais avant de commencer, je vais me présenter. Je m’appelle Silvia et je travaille depuis des années au parc. Je suis biologiste, mais aussi j’ai en charge différentes tâches qui sont en relation avec la conservation des nombreuses espèces qui se trouvent ici. Dans mon travail, il n’y a pas deux jours identiques. Au parc c’est un monde magique, en constant changement, et elles sont rares les semaines où nous n’assistons pas à un moment intense et unique. Il est difficile de rester sur un seul moment intense. Cela peut être des cerfs qui brament, le passage migratoire de milliers de grues, la naissance d’un vautour noir, ou l’immense émotion de voir les empreintes du lynx ibérique et savoir que certains d’entre eux marchent proche d’ici. Je sais que j’ai beaucoup de chance. Et les visiteurs qui viennent nous voir aussi parce que Cabañero est peut être le meilleur Parc National d’Espagne pour observer la faune et son habit naturel et l’ un des plus important des espaces protégés de la péninsule ibérique.

 

 

C’est pourquoi, il est surprenant encore aujourd’hui de se souvenir que tout cela était sur le point de se perdre dans les années quatre-vingt du siècle dernier, quand la propriété de Cabañeros allait se convertir en un champ de tirs pour l’armée. La large réponse sociale contre cette initiative et l’intervention de la Communauté Autonome de Castilla-La Mancha a heureusement permit d’arrêter, ce projet. Finalement, après un long procédé, le 20 novembre 1995 Cabañeros fût déclaré Parc National. Et le temps nous a donné raison, pour notre bataille, pour la conservation de Cabañeros. Ses valeurs naturelles l’ont converti en un grand bijou, du réseau de Parc National, où il représente, de manière très claire, l’écosystème de la montagne méditerranéenne. Maintenant tu comprendras pourquoi nous voulons le partager avec toi. J’espère que tu aimes la visite ! Et merci pour venir nous voir !

 

 

2. Les Parcs Nationaux

 

- Audio guía de los Parques Nacionales

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de los Parques Nacionales

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de los Parques Nacionales

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de los Parques Nacionales

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Avant d’abandonner le vestibule et de commencer notre parcours dans Cabañeros, ne perds pas l’information qui se trouve sur les côtés de la salle. Tu pourras connaître tous les détails du réseau des parcs nationaux espagnols, formés par 15 espaces naturels protégés avec la carte du Parc National, après la dernière incorporation du Parc National de la Sierra du Guadarrama. Ce réseau possède l’échantillon le plus représentatif et le mieux conservé du patrimoine naturel espagnol. Le but recherché dans la déclaration d’un parc national est : Assurer la conservation de ses valeurs naturelles. Rendre compatibles ces mesures de conservation avec l’usage et la jouissance de chaque parc par les citoyens. Et promouvoir l’investigation et l’augmentation de la connaissance que nous avons de chacun de ces espaces.

 

 

Aussi, durant les dernières années, les parcs nationaux se sont convertis, et représentent un important moteur pour le développement économique des contrées dans lesquelles ils se situent. En collaboration avec les municipalités et les entreprises, nous essayons de promouvoir un style d’offre alternative d’usage, durable et cohérent avec un modèle de qualité de vie qui parie chaque fois plus pour la conservation de la nature. Et chaque fois de plus en plus de gens viennent nous voir ! Sais-tu que chaque année les parcs nationaux accueillent plus de 10 millions de visiteurs ? Approche-toi des panneaux pour voir l’information de chacun des 15 parcs nationaux qui existent actuellement. Aussi,tu peux voir un interactif qui te donne plus de données et détails sur chacun de ces espaces.

Fixe-toi sur le panneau du parc national de Cabañeros. Nous te le conseillons lors de la visite dans tous les centres que nous avons ici. De plus, d’intéressants textes faits par mes collègues t’enrichirons d’informations afin d’organiser ta visite de la meilleure façon possible. Il y a énormément d’options pour visiter le parc : Nous avons des routes signalées pour faire en 4x4. Nous avons un observatoire de cigognes. Nous avons un mirador pour voir la faune. Et deux aires récréatives afin que tu puisses te reposer durant la visite. Et tout cela sans oublier la large gamme d’activités qu’offrent les entreprises de tourisme installées dans la contrée.

 

 

Aussi, nous avons de nombreux projets d’investigation et des programmes de conservation dans lesquels participent des biologistes, des scientifiques et des experts de toute l’Espagne. Un d’entre eux que vous voyez à côté des panneaux, s’appelle « Alazando el vuelo « (« prenant son envol « ). Il s’agit d’un programme réalisé avec la collaboration de SEO/BirdLife et qui consiste dans l’installation d’une caméra à l’intérieur du nid d’un couple d’aigles impériaux ibériques. Sur l’écran, à côté des panneaux des 15 parcs nationaux, tu pourras prendre du plaisir avec les impressionnantes images en direct que filme cette caméra et qui permet de suivre jour après jours ces rapaces qui sont les symboles des forêts méditerranéennes. Comme tu peux le constater, je n’exagérais pas avant, en te disant que nous avons beaucoup de choses à te raconter. C’est pourquoi, je suis sûre que tu auras plus d’une raison pour revenir à Cabañeros !

 

 

3. Le mur géologique

 

- Audio guía del Muro Geológico

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del Muro Geológico

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del Muro Geológico

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del Muro Geológico

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Le parc est situé dans les Montes de Toledo (montagnes), une zone qui possède certaines des formations montagneuses les plus anciennes de la péninsule ibérique, âgées de plus de 500 millions d’années. Aujourd’hui il est difficile de se l’imaginer, mais avant, toute cette zone était submergée par la mer. C’est pourquoi nous avons de nombreux gisements paléontologiques d’origine marine, dans lesquels se trouvent jusqu’à 250 espèces de certains des premiers habitants de la Terre, comme les trilobites et les céphalopodes. Avant de quitter la salle, n’oublies pas de regarder l’exemplaire d’un de ces icnofossile de grande taille. Ce sont les restes de la présence d’animaux fossiles. Tu pourras en voir plus au centre de Visiteurs à la « Casa Palillos «, à côté de Santa Quiteria. Beaucoup d’années après, il y a 2.5 millions d’années, pendant le Quaternaire, est apparu à Cabañeros une faune qui aujourd’hui nous pourrions comparer avec la savane africaine, avec de grands mammifères comme le mastodonte.

 

 

Nous avons rencontré des restes de l’un d’entre eux dans le sud de Cabañeros. Sa tête et ses cornes peuvent se voir au centre des visiteurs à la « Casa Palillos «. Maintenant regarde le grand mur frontal de la salle. Ici est installée une reproduction d’une coupure géologique du parc national de Cabañeros. Elle montre de haut en bas huit strates horizontales composées par différentes matières géologiques qui se trouvent dans le parc, ordonnées chronologiquement. Approche-toi du panneau qu’il y a à côté, il te donnera l’information nécessaire pour comprendre cette séquence stratigraphique. Observe et regarde bien les détails des strates. Imagine que chacune d’entre elle enferme des millions d’années de l’histoire géologique de la Terre. Et maintenant pense que notre espèce, l’homo sapiens, peuplant cette planète, est à peine âgée de 200.000 années. Cela fait peur, n’est-ce-pas ? Je t’attends dans la salle des saisons, où nous commencerons notre voyage par les espaces naturels du parc national de Cabañeros.

 

 

4. La salle des saisons

 

- Audio guía de la sala de las estaciones

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la sala de las estaciones

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la sala de las estaciones

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la sala de las estaciones

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Tu es sur le point de commencer une fantastique promenade à travers le parc national de Cabañeros. Sois attentif et fixe-toi sur les détails que tu vas observer, parce que tu vas être un spectateur privilégié des continuelles transformations qui se produisent tout au long de l’année dans ce merveilleux cadre naturel.

Si nous sommes attentifs à ce qui se passe autour de nous, nous rencontrerons de nombreuses pistes qui nous révèlent les différentes saisons pendant l’année.

A Cabañeros nous avons deux espèces migratoires qui marquent d’une manière très spéciale ces moments : la cigogne et la grue.

 

 

Anticipant la fin de l’hiver, au mois de février, arrivent au parc de nombreuses cigognes venant de l’Afrique. Presqu’au même moment, partent vers le Nord les grues qui ont passé l’hiver ici. Le même chemin, mais en sens inverse, se produira à nouveau six mois après.

Mais avant de commencer le parcours par l’exposition, il est important que tu comprennes pourquoi se produisent ces changements saisonniers, car ils affectent de manière très directe le cycle de vie de notre planète.

La raison principale des quatre saisons de l’année se doit à l’inclination de l’axe de rotation de notre planète en comparaison à l’orbite qu’il décrit pendant son voyage annuel autour du soleil. Si nous nous fixons à l’hémisphère nord, plus son axe est incliné vers le soleil, plus il fait chaud et plus longues sont les journées. La température monte parce que cette partie de la planète est plus radiée par les rayons solaires. Lorsque l’inclinaison vers le soleil est moins grande, les rayons tombent pendant moins d’heures sur la superficie terrestre de cet hémisphère. Ceci fait que les températures baissent et que les nuits soient plus longues. As-tu des doutes ? Observe l’audiovisuel et les panneaux qu’il y a dans la salle. Ils l’expliquent de manière très visuelle afin que tu puisses mieux comprendre.

Dans les prochaines salles tu vas rencontrer une sélection des meilleures scènes qui ont lieu dans l’écosystème du parc national de Cabañeros pendant les différentes saisons de l’année. Prépare-toi à voyager à travers l’espace et le temps, pour découvrir les moments stellaires de la nature de la péninsule ibérique, les principaux événements qui sont en relation avec la faune et la flore la plus singulière du parc. Es-tu prêt à commencer ce voyage ? Je t’attends à l’équinoxe du printemps.

 

 

5. Equinoxe du printemps. Des ailes dans le ciel

 

- Audio guía de equinoccio de primavera. Alas en el cielo

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de equinoccio de primavera. Alas en el cielo

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de equinoccio de primavera. Alas en el cielo

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de equinoccio de primavera. Alas en el cielo

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Dans cette salle tu vas être témoin du spectaculaire transit d’oiseaux migratoires qui se produit à Cabañeros aux alentours du 21 mars. Cette date indique l’équinoxe du printemps et le changement de saison qui en ressort après avoir laisser en arrière le froid hivernal. C’est donc le moment que les ciels du parc se peuplent de milliers d’oiseaux qui empruntent différentes routes en fonction de leur lieu d’élevage et leur zone d’hiver. Ainsi, les oiseaux estivaux vont nicher en direction de l’Afrique sous-saharienne, les oiseaux d’hiver retournent vers le nord de l’Europe et les oiseaux de passage vers d’autres endroits, et ils vont se croiser dans les prochaines semaines aux alentours de Cabañeros.

 

 

Nous allons voir maintenant en détail quels sont ces oiseaux. Regarde le panneau sur la gauche. Tout d’abord, tu pourras voir un groupe d’oiseaux d’hiver avec leurs routes migratoires signalées sur la carte.

Ces espèces, comme la grue, le vanneau, le chevalier doré, l'accenteur ou la linotte, finissent de passer l’hiver à Cabañeros, évitant le froid de leurs lieux d’origine dans le centre et au nord de l’Europe. A partir de maintenant, ils commenceront à revenir sur leurs territoires pour élever leurs petits. En automne, quand leurs nouveaux nés pourront voler seuls, ils reviendront tous ensemble au parc. Approche toi du panneau et découvre quelles sont les oiseaux d’hiver les plus représentatifs et quelles routes principales suivent-ils dans leurs déplacements en vol. Sur ce même panneau, apparaissent les oiseaux de passage par le parc et une carte illustre leurs mouvements.

Sais-tu pourquoi dit-on de passage ? C’est facile à imaginer. Il s’agit d’oiseaux qui habituellement ne résident pas ici et qui sont maintenant en passage migratoire. Ils utilisent le territoire de Cabañeros comme arrêt pour se reposer et pour se nourrir et ensuite partir vers leurs destinations finales. La position stratégique de Cabañeros au milieu de ces routes et les éléments attractifs de Cabañeros comme par exemple, son milieu naturel pour que les oiseaux puissent reprendre des forces, fait de cette espace un endroit fondamental pour leur survie. Certains d’entre eux, comme par exemple le gobe -mouche, le colibri, l'alouette et le traquet du nord, vous pouvez les voir représenté sur ce panneau. Comme avant, sur la carte, tu peux voir en détail les routes qu’ils suivent pendant leurs déplacements. Fixe-toi maintenant sur le panneau de droite. Tu peux voir un troisième groupe d’oiseaux migratoires de Cabañeros. Il s’agit des oiseaux estivaux qui vont faire leur nichée.

 

 

Provenant de l’Afrique sous-saharienne, maintenant ils commencent à arriver à Cabañeros après avoir passé l’hiver là-bas. Dans les semaines à venir commencera l’époque de la jalousie. Ceux qui ne sont pas en couple, en chercheront un, et tous ensemble ils élèveront leurs petits, ici, jusqu’à ce qu’ils soient prêt à entreprendre le voyage de retour vers l’Afrique, le prochain automne. Certains de ces oiseaux te sont familiers, comme la cigogne blanche et les hirondelles. D’autres peut-être pas autant, comme la cigogne noire, l'engoulevent brun ou le loriot. Approche-toi du panneau si tu souhaites mieux les connaître. Tu pourras voir les détails de chacun d’entre eux et le chemin qu’ils suivent chaque année pendant leurs migrations.

 

 

Si tu veux savoir plus de choses sur les mouvements migratoires de Cabañeros, regarde l’interactif qui est au milieu de la salle et profite des activités que nous te proposons. Avec l’interactif « la migration des oiseaux « tu apprendras beaucoup de choses sur les voyages migratoires de sept oiseaux : l’aigle botté, l'aigle royal et la cigogne blanche comme représentants des oiseaux estivaux. Provenant de L’Afrique, il y a la grue et le milan royal, comme hivernants provenant du nord de l’Europe et il y a le vautour noir comme sédentaire permanent au parc. Nous allons dans la salle suivante pour découvrir le pâturage de Cabañeros au printemps.

 

 

6. Printemps dans le pâturage. Splendeur dans l’herbe

 

- Audio guía de la primavera en la dehesa. Esplendor en la hierba

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la primavera en la dehesa. Esplendor en la hierba

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la primavera en la dehesa. Esplendor en la hierba

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la primavera en la dehesa. Esplendor en la hierba

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous nous trouvons devant un des paysages les plus habituels du parc national de Cabañeros : les grandes extensions de pâturages des yeuses. Nous sommes fin avril. C’est le midi et le soleil se trouve au plus haut dans le ciel. Les récentes pluies et la hausse des températures à cette époque de l’année ont fait que le pâturage soit d’un vert illuminant et qu’il y est de nombreuses fleurs sylvestres. Pour beaucoup d’espèces commencent l’époque d’élevage, le moment où la vie surgit à chaque coin du parc. Mais, comme inévitablement contre le temps, est aussi présente la mort, nécessaire pour que continue le cycle de la vie de la nature.

 

 

C’est ainsi que la scène est représentée devant toi. Fixe-toi au centre, un groupe de vautours fauves est en train de dévorer une charogne, un grand herbivore, qui se trouve mort au sol depuis des jours sous un nuage de mouches. Plusieurs de ces vautours, avec la tête et le cou ensanglantés, se disposent autour des restes de ce cadavre tandis qu'ils se déplacent en faisant de petits sauts avec les ailes déployées. Les autres se battent entre eux pour obtenir une bonne place dans ce festin et atteindre les meilleures bouchées. Il n'y a pas de règles dans ce chaos, les plus forts commandent presque toujours.

Cette criaillerie assourdissante augmente avec l'arrivée de deux vautours noirs. L'un d'eux descend, menaçant, en battant ses énormes ailes pour s'élancer sur le groupe et pour se faire une place au festin. L’autre, à droite, imposant par sa taille et sa couleur noire, lance un cri perçant tandis qu'il attend patiemment son tour auprès d’un vautour fauve. On ne peut pas nier qu’il est impressionnant de voir ensemble trois espèces charognards présentes dans le parc.

L’alimoche (vautour d’Egypte), dû à sa petite taille, attend résigné et en silence que les autres oiseaux soient rassasiés afin de pouvoir manger les restes de viande collés aux os. Et peut-être seras-tu surpris de voir dans cette charogne deux cigognes entourées de vautours. Les as-tu reconnues à gauche de cette scène ? Quand elles ont faim elles ne refusent pas un beau morceau de charogne.

Au-dessus de ce festin, survolent, deux oiseaux caractéristiques du pâturage méditerranéen. À gauche, un couple d’élanions bleu, guette les pâturages depuis les hauteurs pour localiser de petits rongeurs dans l'herbage.

 

 

Près de ceux-ci, un milan solitaire noir vole lentement alors qu’il cherche des aliments pour sa compagne. Il ne s’est pas beaucoup éloigné d’elle. Si tu observes à droite de la scène, dans la coupe de l’yeuse, tu l’as trouveras. Est-ce-que tu la vois ? La femelle est dans le nid en train de couver les œufs qui sont de la mi d’avril. Dans un peu plus d’une semaine les petits seront prêts à sortir de leur coque.

Cette partie de la scène, montre l’énorme diversité d’oiseaux rapaces qui habitent le parc.

Regarde maintenant en haut, sur les branches de l’yeuse. A droite apparaît un nid d’aigles royal. La femelle prend soin du nouveau-né, en le gavant de morceaux minuscules de serpent. Très tôt, il cri pour demander de la nourriture, c’est pourquoi le mâle devra constamment sortir à la recherche de proies pour alimenter le petit et la mère.

 

 

Plus bas sur le tronc de l’yeuse, un aigle s’est posé sur les branches. Cela fait quelques jours qu’il est revenu au parc après avoir hiverné en Afrique et maintenant il cherche un territoire approprié pour nicher. Sa partenaire ne doit pas être très loin, car ils ont l’habitude de voler ensemble et plus encore maintenant puisqu'ils sont en période nuptiale.

Regarde de nouveau en haut, à droite, se voit la silhouette d’un aigle chasseur de souris. Il est habituel de le voir seul, mais le mâle doit être proche, puisque que c’est une espèce très territoriale. Une fois qu’ils ont choisi un endroit, ils y reviennent pant toute leur vie. Cet aigle est là depuis un certain temps, en train de surveiller son territoire pour le défendre, au cas où d’autres envahisseurs en recherche d’aliments feraient irruption.

Baisse le regard et vise le fond de la scène. Un renard s’approche lentement d’un animal mort, approchant le museau. Attiré par l’odeur de cadavre, il grogne et soupire avec un sifflement aigu tout en attendant son tour. Il sait qu’il sera l’un des derniers et qu’il trouvera peu de viande à manger.

 

 

Un lézard s’échappe rampant le long d’un arbre, pour ne pas être le repas du renard. A droite, un bruyant groupe de pies, qui sifflent sans arrêt, sont en train de se poursuivre entre elles. Elles aussi attendent que les grands oiseaux charognards finissent leur festin. Il est probable que ce soient-elles qui aient découvert l’animal mort mais leur présence et leur bruit ont averti les vautours et corbeaux, mais maintenant, elles devront attendre pour déguster les restes.

Enfin de compte, comme nous le voyons, la nature établie sa propre hiérarchie et les différentes espèces n’ont pas d’autre solution que de s’adapter à ces circonstances pour survivre.

Dans un instant reviendra le calme dans cet endroit de Cabañeros. Le banquet sur l’herbe ne va pas durer beaucoup plus longtemps, et on entendra seulement le craquement des becs de quelques vautours contre les os de la bête morte. Après le festin, une grande partie des oiseaux se reposera au soleil pour faire la digestion, avec les ailes qui sont tâchées de sang, déployées pour que la chaleur les sèche et puissent se désinfectées.

 

 

Si tu veux en savoir plus sur le pâturage et les espèces qui l’habitent, approche-toi des écrans qu’il y a, à côté de la scène et tu profiteras des activités que nous te proposons. Avec l’interactif, « qui est qui ? », tu pourras obtenir plus d’informations sur la scène et les espèces représentées dans cette salle. Le jeu “ les vautours “ te permet de mieux connaître quatre oiseaux dévoreurs: le vautour fauve, le vautour noir, l'alimoche et le gypaète. Avec le jeu « dis moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es « tu sauras quelles sont les différences des régimes alimentaire de plusieurs espèces et comment cela les affecte. Nous nous retrouvons dans la salle suivante pour découvrir le solstice d’été.

 

 

7. Solstice d’été. Le jour le plus long de l’année

 

- Audio guía del solsticio de verano. El día más largo del año

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del solsticio de verano. El día más largo del año

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del solsticio de verano. El día más largo del año

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del solsticio de verano. El día más largo del año

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Dans cette salle tu pourras facilement découvrir les similitudes et les différences entre deux oiseaux de Cabañeros : l’habituelle et abondante cigogne blanche et la plus revêche et peu abondante cigogne noire. Regarde bien les deux scènes qui sont représentées. Même si à simple vue d’œil les deux cigognes semblent avoir beaucoup d'aspects communs, permets-moi que je t'explique certaines de ses caractéristiques. Si à certaines occasions tu regardes le ciel et si tu as la chance de voir certaines d’entre elle, alors tu sauras les distinguer parfaitement. Regarde bien la scène de droite. Le jour se lève à Cabañeros. Le soleil commence à se faire voir à l’horizon entre les profils sinueux des sierras.

Un couple de cigognes blanche est ensemble sur l’énorme et pesant nid qu’elles ont installé sur les branches nues d’un chêne sec. Toutes les deux, prennent soin de leurs deux petits nés il y a quelques semaines. Pour la jeune femelle c’est sa première responsabilité. Elle s’est accouplée pour la première fois l’hiver dernier avec ce mâle, un peu plus âgé qu’elle, qui a perdu sa femelle il y a un an. Tous les deux sont unis pour la vie.

 

 

C’est pourquoi la femelle encore inexperte, est inquiète et n’arrête pas de gémir un son spécial, mais habituel de cette espèce et qui se produit en frappant rapidement ses mandibules tout en mettant sa tête vers l’arrière, jusqu’à pratiquement toucher son dos. Ce coup rythmique peut s’amplifier à certaines occasions grâce à sa gorge enflée, qui fonctionne comme une véritable boîte à résonances, projetant un son à grande distance.

Les nerfs de la femelle augmentent à cause de l’impatience des deux petits. Ils viennent de se réveiller et réclament bruyamment leur petit déjeuner. Le travail de leurs parents pour les alimenter est fatiguant. Toutes les deux heures, ils doivent apporter au nid les aliments qu’ils régurgitent pour que les petits puissent manger. Mais ce travail mérite une récompense, un prix : d’ici un mois les petits seront prêts à donner leur premier envol.

Maintenant regarde bien la scène de gauche. La longue et chaude journée arrive à sa fin. La nuit approche et il commence déjà à faire sombre. La femelle cigogne noire est à côté du nid et prend soin de son petit. Il est sorti de la coquille il y a quelques semaines et il est toujours recouvert d’un plumage blanc. Au bout d’un mois commencera à sortir son plumage noir qui caractérise cette espèce.

Un des adultes vient d’apporter le dernier repas de la journée pour le petit. Il a chassé un succulent crapaud qu’il va régurgiter en peu au fond du nid pour que le petit puisse se nourrir.

Regarde bien où est installé le nid. Reconnais-tu cet arbre ? Non ? C’est un des arbres le plus commun du parc. Le nid est construit dans la fourche d'un grand chêne touffu, loin des possibles prédateurs comme le renard mâle ou la genette. Le couple a construit le nid durant des semaines. La base est faite de petits bâtons et la structure plate de terre et d’herbe que le couple a tapissé de l’intérieur avec de la mousse.

 

 

La cigogne noire est un oiseau solitaire durant son enfance. Le nid le plus proche peu se trouver à beaucoup de kilomètres de distance. Ainsi, laissons ce couple parler entre eux avant qu’ils aillent dormir. Ces cigognes ont une conversation animée et bruyante dans laquelle chacun intercale ses voix habituelles, tout en alternant des sifflements avec des chants rauques et des grincements très semblables à ceux d’une scie. Il semble qu’aujourd’hui ces deux là ont beaucoup à se raconter.

Surtout n’oublie pas de regarder l’audiovisuel qu’il y a dans la salle si tu veux savoir dessiner la forme et les détails des cigognes. Après, approche-toi des interactifs, tu apprendras à dessiner les cigognes d’une manière très amusante. Je t’attends dans la salle suivante pour découvrir la savane de Cabañeros en été.

 

 

8. té dans la savane. A l’ombre de la yeuse

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous nous trouvons dans la savane de Cabañeros, une grande plaine herbacée, pleines d'arbres qui rappelle le paysage de grandes savanes africaines. Nous sommes au mois août, c’est l’après-midi. Le jour baisse, mais il y a encore une chaleur suffocante dans l'atmosphère. Cette sensation de sécheresse est soulignée par l’habituelle symphonie estivale des sons des cigales.

 

 

Au milieu de la scène, prédomine une grande yeuse centenaire, de couleurs bruns et jaunâtres de l’herbe sèche. L’ambiance est plus humide sous sa coupe et cela permet à la végétation de se maintenir plus fraîche. C’est pourquoi, en été, l’ombre qui est projetée au sol donne refuge à plusieurs espèces. Comme cette biche qui prend soin de ses deux petits, le plus grand correspond à la portée de l’année dernière. Elle se repose ici depuis des heures tout en se protégeant des brûlants rayons du soleil.

Les ombres peu abondantes des savanes sont très appréciées durant les mois les plus chauds et doivent se partager. Fixe-toi bien sur les nouveaux locataires qui arrivent en courant, sur la gauche de la scène. Il s’agit d’un groupe de sangliers. Au commandement du groupe il y a un important mâle, la femelle suit avec ses trois petits qui jouent en cachette entre une petite yeuse. Regarde maintenant à droite. Sur les branches de l’arbre sec reposent plusieurs oiseaux et dorment tranquillement une genette et un chat sauvage. Ils s'étirent et recommencent à s'appuyer en attendant le coucher du soleil pour initier son activité, puisque ce sont deux animaux nocturnes.

Observe la base de ce tronc sec. Un curieux lièvre est arrêté et observe l’horizon. Il ne se rend pas compte de la proximité de deux terribles prédateurs et cette inattention peut lui coûter très cher. Un renard et une mangouste ont posé leurs yeux sur lui… et peu de fois une proie leur échappe.

 

 

…bien qu’aujourd’hui le lièvre a eu beaucoup de chance.

Plus à droite tu peux observer une joyeuse colonie de guêpiers communs. Les brillants et colorés plumages se font clairement remarquer entre les tons sableux du talus de terre où ils installent leurs nids. Cette implantation et son hauteur font qu’ils sont protégés des prédateurs. Regarde maintenant de l’autre côté de la scène, à gauche de la yeuse du milieu. Tu verras plusieurs espèces d’oiseaux steppiques, entre lesquels domine l’outarde vu sa grande taille. Fais attention aux couleurs brunes et grises de ces oiseaux. Cela leur permet de se camoufler facilement entre les herbes sèches de la savane en été.

 

 

Maintenant lève le regard sur eux. Un criblage vulgaire, bat rapidement de ses ailes, avec sa queue déployée en éventail et un milan vole en faisant d'amples cercles dans l'air. Tous les deux profitent, à la perfection, du courant de l’air et observent avec attention le terrain tout en cherchant leurs proies favorites : des insectes et des petits oiseaux pour le criblage ainsi que des oiseaux de la steppe pour le milan. Le milan a mis ses yeux sur une perdrix et est sur le point de se lancer en piqué pour la prendre entre ses griffes.

La fin de la journée s’approche. Le soleil commence à se cacher à l’horizon. Un son surprenant, inonde l’air, l’ambiance du parc.

 

 

Il s’agit du bramement qu’émettent les cerfs mâles adultes au commencement du zèle, de la jalousie envers les femelles. On est sur le point de commencer un des spectacles de la nature, le plus assombrissant, le bramement des cerfs qui annonce la fin de l’été à Cabañeros. Dans la suivante salle d’exposition tu pourras mieux connaître en quoi consiste le bramement.

Si tu veux en savoir plus sur l’écosystème de la savane et les espèces qui l’‘habitent, regarde les écrans qui sont à côté de la scène et profite des activités que nous te proposons. Avec l’interactif « qui es qui ? », tu pourras obtenir plus d’informations sur les espèces représentées dans cette salle. Le jeu “oiseaux de la steppe “ te donne différentes pistes pour identifier ces animaux. Et avec le jeu « la chaîne alimentaire « tu devras classer de nombreux éléments qui interviennent dans la chaîne alimentaire de différentes espèces. Nous nous voyons à nouveau en automne pour découvrir la montagne à Cabañeros.

 

 

9. Automne à la montagne. Etoiles dans le bois

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del verano en la raña. A la sombra de la encina

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Le changement de saison commence à se sentir à Cabañeros. L’odeur de la terre mouillée due aux récentes pluies, les températures chaque fois plus froides et les tons ocrés des feuilles de quelques rouvres( chênes) qui se font remarquer entre l'épaisseur d'yeuses et des chênes – lièges, sont des preuves évidentes que l'automne approche au parc depuis plusieurs semaines. Nous sommes fin octobre. Le matin se lève. Il y a une bataille dans le ciel entre nuages et éclaircissements mais rien n’est encore décidé et de timides rayons de soleil profitent de cette circonstance pour essayer de chauffer, sans succès, le sol. Le bois semble s’étirer. Dans un instant tous les habitants seront en pleine activité. Fait attention à ce qui se passe dans la scène générale. Tu as la grande opportunité d’observer ensemble trois des grands protagonistes de Cabañeros : l'aigle impérial ibérique, le vautour noir et le lynx ibérique. Trois chênes - lièges se soulignent en première ligne, dans la scène que tu as devant toi. Regarde bien au milieu.

 

 

Un couple d’aigle impérial ibérique a niché le printemps dernier sur une de ces branches, très près du sol. A droite, posés entre les branches, les parents contemplent fièrement leur petit qui a grandi et entièrement emplumé. Cela n’a pas été facile ces derniers mois. Son frère est mort en tombant du nid peu de temps après sa naissance. L’aiglon est sur le point d’abandonner définitivement le nid pour chercher d’autres territoires plus éloignés et s’y installer. D’ici trois ou quatre ans, quand il sera adulte, il reviendra pour élever ses petits, et il le fera proche de ce bois où il est né. Maintenant regarde bien à la base de ce chêne-liège. En dessous de ses branches se trouve une belle représentation d’arbustes méditerranéens avec des fleurs et des fruits propres à l’automne. Tu peux voir, de gauche à droite, un arbousier, une bruyère, une pivoine, un ciste, un alaterne et un genêt de thym. Ce sont quelques représentants du miracle de l’automne dans le bois de Cabañeros, un énorme garde-manger d’aliments après le torride été et avant d’affronter le rude hiver.

Maintenant regarde à gauche de la scène. Une colonie de vautours noirs s’est installée dans un chêne-liège un peu plus petit que celui d’avant. Il s’agit de deux familles avec leurs petits respectifs et dont les nids ne doivent pas être très loin. Les parents d’une de ces deux familles, sont posés sur les branches de l’arbre, et observent leurs petits qui font des mouvements au sol.

 

 

A droite de ce chêne-liège, les autres parents sont spectateurs des essais d’envol des autres petits. Le mugissement et les coups d’ailes précèdent un atterrissage violent avec les ailes étendues. L’apprentissage et l’entraînement de ces mouvements son fondamentaux pour garantir la survie des deux enfants. Bientôt ils abandonneront leurs nids respectifs et s’en iront à plus de cent kilomètres de cet endroit.

Et maintenant à droite de la scène. Sous les branches du troisième chêne-liège, s’est niché un bruyant groupe de pies, qui n’arrêtent pas de faire du tapage, dans le bois. Et par surprise sont apparus deux félins, les plus menaçants sur nos terres : le lynx ibérique Il s’agit probablement de deux jeunes lynx provenant du sud péninsulaire qui sont en train de chercher leurs propres territoires pour s’y installer. Chuuuuuuuuuuut, approche toi et essaie de ne pas faire de bruit ! Pendant que l’un deux se repose, l’autre s’approche discrètement d’un lapin qui hésite à sortir de son terrier. Les lapins sont la nourriture principale du lynx et il ne peut pas laisser échapper cette opportunité car chaque jour il a du mal à en trouver.

 

 

Vu et pas vu le lynx a pris le lapin et son embuscade a eu du succès. La matinée a bien commencé pour ces deux félins, mais ils ont besoin de plus de protéines et devront chasser un autre lapin avant la fin de la journée. Si tu veux en savoir plus sur les bois méditerranéens et les espèces qui y habitent, approche toi des écrans et profite des activités que nous te proposons. Avec l’interactif « qui es qui ? « Tu pourras avoir plus d’informations sur les espèces représentées dans cette salle. Le jeu « explore le bois ! « te permet de mieux connaître les espèces les plus caractéristiques du bois méditerranéen. On se retrouve dans la salle suivante afin de découvrir le bois dénudé de Cabañeros en automne.

 

 

10. L’automne dans les bois dénudés. Une symphonie de couleurs

 

- Audio guía del otoño en los bosques caducifolios. Una sinfonía de colores

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del otoño en los bosques caducifolios. Una sinfonía de colores

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del otoño en los bosques caducifolios. Una sinfonía de colores

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del otoño en los bosques caducifolios. Una sinfonía de colores

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

A Cabañeros le mois de novembre avance. Il y a toujours des feuilles sèches qui tombent des arbres dénudés, mais la majeure partie forme une mare de feuilles mortes qui couvrent pratiquement le sol, formant un tapis doré. Nous nous trouvons dans un espace de chênes. La beauté des couleurs de ce paysage magique est un plaisir pour les cinq sens, mais les rigueurs du climat hivernal s’approchent et la matinée s’annonce très froide et humide, spécialement à l’ombre des arbres. C’est une information très claire : cette année les neiges s’avanceront de plusieurs semaines. Mets-toi en face de la scène. Tu vas pouvoir observer comment différentes espèces vivent ensemble et essayent de survivre dans le bois.

 

 

A gauche, en premier plan, tu peux voir le tronc d’un chêne qui a perdu toutes ses feuilles. Derrière vient d’apparaître un chevreuil, surpris, qui s’était caché dans les mauvaises herbes. Il s’agit d’un mâle, avec ses cornes pécuniaires de trois crêtes, qui présente un pelage dense et gris qui l’aidera à se camoufler et à combattre le froid de l’hiver.

Apeuré par notre présence, il a fui en faisant un saut puissant avec ses fortes pattes de derrière.

Maintenant regarde vers le haut. Au fur et à mesure que tu montes le regard vers le chêne tu rencontreras différents oiseaux très curieux. Comme ce grimpeur bleu, qui descend par le tronc, la bouche vers le bas avec une pause très acrobatique. Ses fortes griffes lui permettent de se retenir à l’écorce pour réaliser ces étranges mouvements tout en émettant son gazouillement si insistant.

Un peu plus vers le haut, à sa gauche, apparaît un pic épeiche, un habile charpentier qui sait travailler l’écorce pour rechercher les larves et les insectes et dont ses coups de bec contre le bois s’écoutent au loin.

Sur la branche, il y a deux oiseaux. Un tranquille rouge-gorge qui gazouille de manière infatigable une mélodie mélancolique. Comme chanteur en solitaire il n’y a pas d’autre oiseau en automne qui peut lui faire concurrence.

Sur le bout de la branche tu peux voir un geai. Il vient de ranger dans un trou de ce chêne, plusieurs glands qu’il a ramassés du sol. Son garde-manger est déjà pas bien plein en prévision de l’hiver et il semble que le strident croassement qu’il émet veut dire qu’il est satisfait pour son travail bien fait.

 

 

Mais son garde- manger va bientôt ne plus avoir de propriétaire. Un faucon, en main-d’œuvre spectaculaire esquivant les branches tout en battant rapidement des ailes, est sur le point de tomber sur le geai dépourvu. C’est un chasseur implacable, il ne perd pratiquement jamais et très probablement il ne perdra pas non plus à cette occasion.

Ou alors cette proie va lui être enlevée des griffes par un autre redoutable oiseau de proie ! A droite de la scène, tu peux voir un épervier qui s’approche à grande vitesse. Même si habituellement il chasse des petits oiseaux, la femelle de cette espèce a une préférence pour les geais.

La mort du geai est sûre, la nature doit suivre son cours et les lois de la chaîne tropicale sont implacables.

Maintenant baisse la vue et fixe toi sur la droite de la scène. Autour d’un tronc sec d’un arbre coupé et d’une fougère apparaissent quatre mammifères très habitués de ces bois. Est-ce-que tu en connais quelques uns ? Sûre que certains d’entre eux te seront familiers. Un hérisson solitaire, avec son aspect trapu et couvert de piquants, cherche par terre des insectes et des baies. Même si c’est un animal surtout nocturne, il sort les jours froids et humides comme aujourd’hui.

Au-dessus de lui, sur le tronc, apparaît un loir. Nocturne comme l’hérisson, il a profité de la fraîcheur de ce matin pour faire sa récolte de glands. Il a encore besoin d’accumuler beaucoup de nourriture pour passer l’hiver pendant son hibernation.

Ce loir va vivre une grande peur. Il est sur le point de heurter deux de ses prédateurs habituels. Une fouine distraite vient de sortir de son terrier pour chercher quelque chose à manger. Elle est affamée et elle n'a pas de préférences spéciales : des rongeurs, des mulots, des reptiles, des œufs, des fruits, des baies …

 

 

Plus bas, un blaireau, avec sa tête blanche traversée longitudinalement par deux franges noires. Omnivore aussi comme la fouine, a une plus grande préférence pour des fruits, du miel, des baies et des plantes. D'une manière sûre cet animal est connu comme le " plus végétarien des carnivores ".

Si tu veux savoir plus de choses sur les bois aux feuilles caduques et les espèces qui l'habitent, approche-toi de l'écran qui est près de la scène et prend du plaisir avec les activités que nous te proposons. Avec l’interactif “ qui es qui ? » Tu pourras obtenir plus d’informations les espèces représentées dans cette salle. Le jeu le "détective du bois" te permet de mieux connaître la propre faune des bois aux feuilles caduques. Nous nous voyons dans la salle suivante pour découvrir les rivières et les rives en automne à Cabañeros.

 

 

11. L’automne dans les rivières et les rives. La vie revient à la rivière

 

- Audio guía del otoño en los ríos y riberas. La vida vuelve al río

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del otoño en los ríos y riberas. La vida vuelve al río

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del otoño en los ríos y riberas. La vida vuelve al río

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del otoño en en los ríos y riberas. La vida vuelve al río

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Le jour tombe à Cabañeros ; le soleil ne s'est pas encore mis à l'horizon, mais la température est rapidement descendue. Les jours sont de plus en plus courts et semblent prendre congé trop vite. Nous nous trouvons à l'intérieur d'un bois touffu, qui est accompagné de l’écoulement de la rivière Estena dans le parc. Entre un couloir de saules, d'aulnes et de frênes,habituellement les eaux saisonnières de l'Estena baissent pendant ces premiers jours de décembre. L'automne a été spécialement pluvieux et cela se voit dans la crue des ruisseaux qui alimentent le cours principal de la rivière, qui a déjà récupéré tout son débit. L'eau, toujours synonyme de vie, se remplit de poissons et pendant ces moments l’eau est très sollicitée par les nombreuses espèces qui visitent les bords de l'Estena. Permets-moi que je te présente certaines d'entre elles. Observe tout d’abord dans les eaux de la rivière, de petites bandes de poissons qui nagent. De gauche à droite tu peux voir des loches, des barbeaux, des gardons, des petits poissons.

 

 

Parmi eux vient de plonger la loutre pour se faire un festin. Bien qu’elle puisse manger des crabes, des reptiles et des oiseaux, les poissons forment la base principale de son régime. Habile nageuse et bonne plongeuse, elle peut tenir sous l’eau jusqu’à trois minutes, elle est sur le point de capturer un barbeau. Elle le partagera avec sa partenaire qui l'attend sur le bord de l'eau : la vois-tu ? Près d'elle, à sa droite, un héron apparaît. Il est là depuis des heures sur une roche qui sort à peine de la rivière, avec le cou, timidement et son bec allongé, pointu horizontalement. Il reste immobile en observant le fond de l'eau, n'importe quel poisson qui passe à sa portée sera habilement capturé.

Plus à droite nous avons un rat d'eau au point de plonger dans les eaux de l'Estena. Il est en pleine activité frénétique de récolte, puisqu'il doit remplir son terrier pour passer le dur hiver. Il peut arriver à accumuler plusieurs kilos de végétaux, d'insectes et de tubercules.

À son côté une lavandière solitaire blanche apparaît picorant de manière répétée le sol pour s'alimenter de petits insectes. Sa partenaire ne sera pas loin, car à cette époque de l'année ils sont très fidèles à un petit territoire.

A l'extrémité de la scène nous trouvons une silencieuse tortue européenne. Elle est sortie entre la végétation qui lui donne une protection pour se diriger lentement vers les eaux de la rivière. C’est en ce moment qu’elle est plus vulnérable devant ses possibles prédateurs, alors que dans l'eau c’est une excellente nageuse.

 

 

Regarde maintenant à gauche de la scène. En premier apparaissent trois amphibiens très habituels dans ces bois : la grenouille commune, la petite grenouille de Saint-Antoine et le crapaud. Les trois ont des habitudes crépusculaires et finissent par sortir de leurs cachettes pour s'alimenter de petits insectes.

À sa droite il y a une couleuvre d'eau qui est enroulée. Ce n'est pas fréquent de la voir à ces heures pendant un mois déjà si froid comme le mois de décembre, mais la faim l'a portée jusqu' ici. L’un de ces trois amphibiens se transformera en proie, c’est trop appétissant ! Bien que la salamandre qui se trouve immobile à sa droite pourrait l’être.

 

 

Un peu plus loin apparaissent un merle aquatique et un lézard à la recherche de larves et d’insectes dans la boue.

Si tu lèves le regard, tu verras un martin pêcheur, qui met en valeur son plumage coloré. Dans son bec, il a un insecte aquatique qu’il vient de chasser.

Avant, nous avons dit que l’Estena coule cette année avec plus d’intensité que la normal et ceci fait qu’il y a plus de proies pour toutes les espèces. Paradoxe de la nature, l'eau est vie et mort en même temps, un équilibre nécessaire pour la survie dans n'importe quel écosystème. Si tu veux savoir plus de choses sur les rivières et les rives du parc ainsi que sur ses espèces qui y habitent, approche toi de l’écran qui est à côté de la scène et profite des activités que nous te proposons. L’interactif « qui est qui ? » te donnera plus d’informations sur la scène et les espèces représentées dans cette salle. Et avec le jeu « puzzle des amphibiens « tu apprendras d’une manière très amusante des informations très curieuses sur ce genre d’animal. Nous nous voyons dans la salle suivante pour découvrir le solstice d’hiver à Cabañeros.

 

 

12. Solstice d’hiver La nuit la plus longue de l’année

 

- Audio guía del solsticio de invierno. La noche más larga del año

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del solsticio de invierno. La noche más larga del año

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del solsticio de invierno. La noche más larga del año

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del solsticio de invierno. La noche más larga del año

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Le mois de décembre a apporté à Cabañeros des jours de plus en plus courts, et un fait va intervenir cette nuit, la nuit la plus longue de l’année, pendant laquelle il y a le solstice d’hiver et le changement de saison. A partir de demain, même si cela ne va pas se ressentir, le jour gagnera des minutes durant la nuit et pendant six mois, jusqu’ au solstice d’été. Une date qui aujourd’hui nous semble loin à cause du froid que nous avons dans la scène qui se présente devant nous. Il est presque minuit et une forte gelée tombe sur le parc. Une énorme pleine lune inonde de lumière, l'intérieur de ce bois nu de feuilles, en réduisant la forme des troncs immobiles. Elle le fait avec une telle intensité qu’elle arrive à illuminer l'entrée d'une grotte qui a servi de lieu pour dormir pendant la journée à plusieurs oiseaux rapaces nocturnes. Maintenant le relais des espèces diurnes occupent ce lieu dans cette scène un peu spectrale.

Comme cette chouette qui apparaît à gauche de la scène en train de survoler silencieusement. Regarde bien maintenant, elle porte dans son bec un petit rat qu’elle vient de chasser au sol et maintenant elle remonte lentement avec un premier battement d’ailes, la pesante proie.

 

 

Un peu plus à droite, posés sur les branches nues d’un arbre, apparaissent le hibou royal et un petit hibou. Le premier, le rapace nocturne est le plus grand d’ici, parce qu’il chante à la lune avec un son et une insistance hurlante, qui peut s’écouter jusqu’à très loin. Mais en réalité il s’agit d’un champ territorial qui marque la zone qu’il occupe actuellement avec sa partenaire. C’est pourquoi, le hibou royal a une voie différente qui sert à bien les identifier. Sa vision nocturne et son acuité auditive sont extraordinaires et je crois qu’il nous a écoutés car il vient de tourner sa tête pour nous observer avec ses énormes yeux de couleur orange. Continuons sans faire trop de bruit.

 

 

Un hibou solitaire et trapu utilise une autre branche de cet arbre. Il est là immobile depuis un bon moment, et regarde fixement tout en émettant sa voix particulière, qui sonne comme un miaulement plaintif.

Plus vers la droite, posés sur deux arbres différents, il y a un hibou mâle et un carabe. Au milieu, une proie très appétissante pour tous les rapaces présents: c’est une souris des champs qui, distraite, est restée à découvert tandis qu'elle cherchait de quoi manger, une erreur qui va lui coûter très cher. Le hibou mâle a une des voix les plus lugubres des oiseaux, sa voix ressemble au son qui s’obtient quand nous soufflons dans un goulot de bouteille vide. Cette voix comme celle d’autres rapaces nocturnes, est très territoriale. Tout à coup, il prend son envol pour chasser la souris. Il le fait avec une excellente habilité et dans un silence complet, tout en zigzagant entre les branches des arbres sans les toucher, jusqu’à ce qu’il tombe sur sa proie.

Sur l’arbre de l’extrême droite, il y a un carabe. Il s’agit d’un mâle qui nettoie son plumage tandis qu'il ulule d'une manière insistante. Il a établi un coquet dialogue avec une femelle carabe qui lui répond de loin avec sa douce voix. Ce dialogue entre eux deux durera toute la nuit.

 

 

Maintenant regarde au sol de la scène. Tu verras comment s’illumine alternativement différente boîtes à lumière qui montre six espèces différentes de chauves-souris présentes à Cabañeros. Regarde bien, de gauche à droite va apparaître une chauve-souris de montagne, une chauve - souris potagère pâle, une chauve - souris grand fer à cheval,une chauve - souris à grosse queue, une chauve - souris rongeur et une chauve - souris oreillarde méridionale. Et ne perds pas de vue le groupe de chauves - souris fer à cheval qui se reposent, pendues au plafond de la grotte.

 

 

Toutes ces espèces que tu as vues ont développé des caractéristiques singulières et extraordinaires pour s'adapter et pour survivre dans l'obscurité. Ils sont les habitants de la nuit à Cabañeros.

Si tu veux savoir plus de choses sur la faune nocturne du parc, approche toi des écrans et profite des activités que nous te proposons. L’interactif « qui est qui ? » te donne plus d’informations sur les scènes et espèces représentées dans cette salle. Avec le jeu « un radar dans l’obscurité «, tu apprendras beaucoup tout en t’amusant sur les chauves-souris. Nous nous retrouvons dans la suivante salle pour découvrir l’hiver à Cabañeros.

 

 

13. L’hiver dans l’eau. La danse du vent

 

- Audio guía del invierno en el agua. La danza del viento

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del invierno en el agua. La danza del viento

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del invierno en el agua. La danza del viento

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del invierno en el agua. La danza del viento

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Les zones humides de Cabañeros, comme cette petite lagune qui s’est formée grâce aux pluies abondantes de l'automne dernier, ont servi de refuge durant les trois derniers mois aux milliers d'oiseaux qui sont arrivés avec les premières gelées. Nous sommes dans la deuxième quinzaine du mois de février. Les journées commencent à être plus longues, mais les températures sont toujours aussi froides. C’est le mois le plus rude de l’hiver pour le parc car plus il fait froid et plus les tombées de neige sont fréquentes. Cette année le printemps va tarder. Malgré cela, l'instinct de ces oiseaux d’hiver commence à s'activer à nouveau. L'appel au retour sur leurs territoires du centre et du nord de l'Europe ne va pas se faire attendre pour autant.

 

 

Comme le font ces groupes d'oiseaux que tu voies dans cette scène, après s’être reposés toute la nuit, ils profitent des premières heures de la journée pour se nourrir et commencer leur voyage vers le nord. Le brouhaha de croassements que font de nombreuses grues peut s’écouter de très loin. La criaillerie est assourdissante. La grue, l'un des oiseaux les plus bruyants qui existent, est la grande actrice du moment. Plusieurs groupes se sont réunis à ce spectacle, pour entreprendre ensemble la marche. Observe l’élégance de leurs lents mouvements. Leurs formes sont méconnaissables, avec les pattes tirées et le cou étendu ou incurvé en arrière quand elles chantent. Maintenant fixe toi bien sur un détail : Est-ce-que tu vois des grues qui ont la tête couverte d’un plumage jaune ? Il s’agit de jeunes protégés parmi les adultes du groupe. Alors que plusieurs grues volent déjà, d’autres commencent à les accompagner en initiant leur vol après avoir parcouru quelques mètres au sol avec les ailes déployées, un mouvement très caractéristique de cette espèce. Les retardataires sont restées quelques minutes de plus dans la boue et au bord de la mare pour se nourrir des racines, des larves et des insectes. Elles savent que le voyage sera long et ne pourrons pas s’arrêter avant la tombée de la nuit.

Maintenant regarde à droite. Au sol, entre les grues, il y a un couple de canards réal. Le mâle est simple à identifier grâce à la couleur de ses plumes : d’un vert foncé et brillant sur la tête et dans le cou et châtaigne rousse sur sa poitrine. En couple depuis le début de l’hiver, ils se sont établis définitivement à côté de cette mare, où ils ont construit leur nid parmi la végétation du bord. La femelle va bientôt donner naissance d’ici quelques semaines. En générale elle pond 7 à 12 œufs.

 

 

A droite, un autre couple de vanneaux a choisi cet endroit humide pour faire lenid. Même si c’est une espèce très grégaire, pendant sa période d’élevage, ils vivent isolés. C’est pourquoi, ils se montrent inquiets tout en explorant les alentours de la mare. Le canard real et le vanneau sont deux espèces d’hiver, mais à Cabañeros ils sont présents toute l’année. Sauf ceux qui arrivent d’Europe au début de l’hiver, ils retourneront maintenant sur leurs territoires d’élevage.

Maintenant lève le regard et fixe toi sur les nombreux groupes de colombes qui traversent le ciel sur la lagune. Ce sont des colombes européennes qui retournent à leurs endroits d’origine. D’ici quelques jours des centaines de milliers de colombes croiseront l’extrême occidental des Pyrénées pour retourner chez elles.

 

 

Ce groupe de colombes est très appétissant pour deux prédateurs : le milan et l'élanion bleu. Aucun des deux ne peut laisser passer cette grande opportunité.

Le premier, le plus grand, s’approche des colombes tout en dépliant ses ailes, pendant que sa queue fait le rôle d’un gouvernail. Pratiquement immobile, suspendu dans l’air, il est au point de capturer la colombe entre ses griffes. Les milans sont en train de retourner sur leurs zones d’élevage en Suisse et en Allemagne. C’est pourquoi le fait de bien se nourrir est un objectif vital s’il veut bien finir son voyage.

L’élanion bleu est sur le point de saisir sa proie. Après avoir volé rapidement avec les ailes très angulaires, il les déplie d’un seul coup vers le haut, tout en tombant subitement sur sa proie.

 

 

La fraîche matinée avance à Cabañeros. Les voix des oiseaux qui croiseront ce ciel lumineux, se propagent dans l’air et ceci jusqu’à ce soir. Si tu veux savoir plus de choses sur les oiseaux d’hiver, l’écosystème des zones humides et les espèces qui les habitent, approche toi des écrans et profite des activités que nous te proposons. Avec l’interactif « qui es qui ? «, tu pourras obtenir plus d’informations sur la scène et les espèces représentées dans la salle. Et avec le jeu « en route « tu pourras mieux connaître les routes migratoires européennes de quatre espèces qui passent l’hiver à Cabañeros. Nous nous voyons dans la salle suivante pour découvrir la montagne en hiver.

 

 

14. L’hiver dans la montagne. Propriétaires des sommets

 

- Audio guía del invierno en la sierra. Dueños de las cumbres

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía del invierno en la sierra. Dueños de las cumbres

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía del invierno en la sierra. Dueños de las cumbres

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía del invierno en la sierra. Dueños de las cumbres

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous passons par le massif de Rocigalgo, dans les montagnes les plus hautes de Cabañeros. Nous nous trouvons devant un grand rocher escarpé de roches de quartz d’où se décrochent de petits torrents faits par les ruisseaux hivernaux qui naissent à ces sommets et qui font des cascades d’une grande beauté. Le jour s’est levé il y a plus ou moins deux heures et le vent n’arrête pas de fouetter ces rochers escarpés nus. Ce matin froid de février se présente avec un ciel lumineux et il va sûrement nous offrir des vues splendides de certains des paysages les moins connus du parc.

Regarde à gauche. A côté des genévriers, il y a un groupe de chèvres de montagne. Il est facile de distinguer les deux mâles de la femelle grâce à leurs impressionnantes cornes. Ce n’est pas facile de le voir maintenant, mais la femelle attend des petits. Si tout va bien ils naîtront au mois de mai prochain. Les mâles sont deux jeunes exemplaires qui jouent depuis un bon moment. Moitié jeu, moitié entraînement, son instinct les amène à imiter le comportement des adultes dans les batailles qu'ils ont l'habitude de vivre pendant la période de zèle pour décider qui s'accouplera avec un plus grand nombre de femelles. L’un d’eux s’est mis très haut entre les roches et il est sur le point de se lancer sur ses pattes arrière afin de se laisser tomber contre son adversaire.

 

 

Le son fort et sec des cornes qui s’entrechoquent est répété par l’écho dans le silence des montagnes. Ce qui démontre la violence des coups. D’ici peu, un des mâles acceptera la déroute de ce jeu et s’éloignera pour chercher de nouveaux affrontements dans lesquels il pourra peut être gagner. Celui-ci sera le dernier entraînement. D’ici quelques mois ils auront leur maturité sexuelle au maximum et à la fin de l’année ils pratiqueront tout ce qu’ils ont appris dans ces jeux. Maintenant regarde à droite, au premier plan, il y a deux animaux exceptionnels. Tout d’abord, un exemplaire de cerf coléreux qui semble se poser devant notre regard. Nous l’avons surpris loin de la protection de la végétation c’est pourquoi il est tendu devant l’attente de nos mouvements. Ses cornes vont bientôt tomber de façon naturelle à la fin de l’hiver. C’est habituel de voir les cerfs déambuler en solitaire par ces montagnes, car les mâles s’assemblent avec les femelles seulement pendant leur époque de jalousie, quand se produit alors la braille.

Un peu plus à droite, survole le plus majestueux des oiseaux de la péninsule ibérique : l’aigle royal. Avec ses ailes dépliées et immobiles il semble s’appuyer sur un invisible courant d’air qui l’élève doucement entre les risques de cette montagne. Sa puissante et élégante technique de vol lui permet de maintenir un contrôle des ses actes même si le vent est violent et à contre sens.

 

 

Il s’agit d’une femelle et son partenaire ne doit pas être très loin. Les aigles sont très territoriaux et en plus ils sont en pleine époque de jalousie. Ils ont construit un nid dans un trou rocheux proche d’ici, en profitant une cavité d’un mur vertical. Regarde maintenant vers le bas. Il y a tout un groupe de petits oiseaux dans un creux d’une roche. Même s’ils ne chantent pas beaucoup en hiver quelques gazouillements résonnent dans le silence de ces sommets. Il y a des habitués de ces endroits, comme par exemple l'accenteur alpin et le rouge-gorge tison. Ils se sont joints à un petit groupe de pinsons et d'un rouge-gorge solitaire, plus fréquent sur les côtes basses et boisées.

Pour que tu puisses les identifier je vais te dire où ils sont exactement. De droite à gauche tu peux voir un couple d’accenteur alpin, les plus habitués au froid de ces sommets.

Plus vers la gauche, il y a un rouge-gorge tison qui est immobile sur une pointe de roche, une des ses poses préférées, car il peut passer des heures sans bouger tout en attendant sa prochaine proie.

 

 

Un peu plus bas, les gazouillements sonores et métalliques d'un rouge-gorge et de trois pinsons vulgaires sont entremêlés formant un petit galimatias peu fréquent.

Si tu veux savoir plus de choses concernant la faune qui habite les sommets du parc, approche toi des écrans et profite des activités que nous te proposons. Avec l’interactif « qui est qui ? » tu pourras augmenter ton information sur les scènes et les espèces représentées dans cette salle. Le jeu “ qui vit ici ? » te permettra de savoir les différences de l’écosystème qu’il y a à Cabañeros selon l’altitude et quelles espèces y habitent.

Ici, dans le massif du Rocigalgo, à 1.448 mètres d’altitude, à l’endroit le plus haut des monts de Toledo, nous concluons la première partie de notre parcours par le centre de visiteurs du parc national de Cabañeros. Nous avons assisté aux différents changements qui se produisent tout au long des quatre saisons pendant 365 jours. Une série de transformations et d’évènements qui, même si la plupart du temps nous n’en sommes pas conscients, se produisent chaque année et pendant notre parcours nous avons pu le vérifier de nos propres yeux. Nous avons vu que ce cycle annuel commençait au printemps dernier lorsqu’arrivaient les cigognes au parc et que les grues qui avaient passé l’hiver à Cabañeros, entreprenaient leur voyage vers le Nord. Tout recommence à nouveau, toute se répètera une autre fois d’ici les prochains mois, parce que la nature est depuis toujours en permanent mouvement cyclique. J’espère que tu as aimé cette partie de la visite et que ma compagnie a été agréable. Je t’attends dans les salles suivantes du parcours.

 

 

17. La conservation de la nature et le développement rural

 

- Audio guía de la conservación de la naturaleza y el desarrollo rural

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la conservación de la naturaleza y el desarrollo rural

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la conservación de la naturaleza y el desarrollo rural

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la conservación de la naturaleza y el desarrollo rural

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous sommes maintenant dans le couloir du lien, une zone qui se connecte avec la salle des saisons, d’où nous venons, et la maison de campagne, par où continue le parcours de notre visite. Comme dans d’autres coins de la planète, les habitants des villages les plus proches du parc national de Cabañeros, ont été des protagonistes durant des générations avec leur environnement le plus proche. Au cours des siècles ils se sont ancrés dans leurs traditions, leurs métiers, avec un savoir faire basé essentiellement sur la nature comme partie entière du cycle de vie dont dépend notre propre existence. Dans cette incessante recherche d’instruments et de formes afin d’établir une relation équilibrée avec le milieu qui l’entoure, se trouvent les empreintes ineffaçables de la nature dans son histoire, dans sa mémoire et ses émotions. La déclaration en 1995 du parc national de Cabañeros prit en compte ces aspects et supposa pour cette contrée des Montes de Toledo, une forte impulsion pour le développement socio-économique, car jusqu’ici, c’était une zone qui s’était caractérisée par une forte émigration et un fort dépeuplement.

Quatre localités situées dans la province de la Ciudad Real (Alcoba de los Montes, Horcajo de los Montes, Navas de Estena et Retuerta del Bullaque) et deux à Toledo (Hontanar et Los Navalucillos) se sont vu favorisées depuis, par les mesures adoptées afin de garantir son développement durable et améliorer la qualité de vie de ses habitants. Dans la salle tu peux consulter différentes choses si tu souhaites enrichir ton information ou tes connaissances. Tu trouveras de la documentation générale et des petits livrets touristiques publiés par les différentes municipalités de la contrée, avec des données sur les implantations offertes en logements et restaurants dans la région. Il y a aussi une information complète concernant les activités proposées par les entreprises agro-touristiques et le tourisme actif.

 

 

Se détachent les visites guidées personnalisées dans le parc, à pied ou en 4x4, ou par les routes thématiques : ornithologiques, photographiques ou durant la période où le cerf brame. Sans oublier les dégustations commentées en caves, les moulins à huiles et les fromagères traditionnelles, où tu pourras déguster les excellents produits de la contrée de Cabañeros. De plus il y a un écran de consultation interactif qui élargit cette information et montre une carte du parc avec la localisation des six municipalités qu’il y a dans la zone d’influence socio-économique.

 

 

18. Les formations végétales à Cabañeros

 

- Audio guía de las formaciones vegetales en Cabañeros

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de las formaciones vegetales en Cabañeros

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de las formaciones vegetales en Cabañeros

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de las formaciones vegetales en Cabañeros

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous continuons maintenant notre parcours par l’étage du Couloir du lien. Ici tu trouveras tout d’abord des informations sur le bois méditerranéen dans le réseau naturel 2000, le principal instrument pour la conservation de la nature au niveau de l’Union Européenne. Créé en 1992, c’est le plus grand réseau écologique du monde. Depuis il a été utilisé pour donner aux états membres de L’Union Européenne, le cadre commun dans lequel il agit pour la préservation de la biodiversité sur ses territoires et assurer la survie, sur une longue période, des espèces et des zones les plus menacées d’Europe.

 

 

Les espaces protégés qui sont en accord avec le réseau naturel 2000 en Espagne, occupent un ensemble d’un peu plus de 28% de son territoire, une donnée qui nous permet d’être le pays qui apporte la plus grande superficie dans ce réseau. De plus, une grande partie de ces aires protégées correspondent à des bois méditerranéens, les protagonistes indiscutables du paysage de la péninsule ibérique. Maintenant, fixe-toi sur la maquette qui se trouve au centre de la salle. Cette maquette reproduit à l’échelle du territoire du parc national de Cabañeros, montre la distribution des différentes formations végétales qui s’y rencontrent. Avec tout cela et avec ce que tu as pu voir avant tout au long du parcours des salles des saisons, je suis sûre que tu pourras reconnaître sur la maquette les paysages les plus caractéristiques de Cabañeros. Je t’attends dans la maison de campagne, où nous te parlerons des valeurs ethnographiques du parc.

 

 

19. Le travail à la ferme. L’architecture et la vie rurale

 

- Audio guía de la Quintería. La arquitectura y la vida rural

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. La arquitectura y la vida rural

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. La arquitectura y la vida rural

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. La arquitectura y la vida rural

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Dans les prochaines salles, notre parcours passera par l’intérieur d’un bâtiment de ferme, avec une’architecture populaire dédié aux travaux des champs dans son environnement. Ces petites constructions blanchies ou en pierres naturelles, qui reflètent comme un miroir le soleil en été et se cache entre les brouillards de l’hiver, éclaboussaient il n’y a pas encore longtemps, les champs proches à Cabañeros. Les fermes adaptées au milieu, ainsi qu’aux recours existants et aux besoins des exploitations agricoles traditionnelles parfaitement intégrées au paysage environnant.

 

 

Regardez maintenant le plan qui apparaît au niveau de l’accès. Son information te servira pour t’orienter durant le parcours intérieur de notre bâtiment de ferme. Les salles suivantes servent à mettre en valeur le rôle fondamental du chêne vert dans la contrée des montagnes de Toledo, où se situe le parc national de Cabañeros. Le chêne vert a été important pour ses habitants, c’est pourquoi nous l’avons appelé « l’arbre de la vie «. Encore aujourd’hui, presque tout dépend du chêne vert, car c’est une source inépuisable pour le recours du matériel et c’est le centre de la culture locale pour un point de vue anthropologique. Son bois, son écorce, les glands qu’il donne, son importance dans l’ensemble du paysage et des pâturages ou son association avec le buisson et le bois méditerranéen. Je t’attends dans la salle suivante, où je te raconterai plus de choses sur l’utilisation du bois du chêne vert.

 

 

20. Le travail à la ferme. La salle du bois

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la madera

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la madera

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la madera

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la madera

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Le bois du chêne vert a été depuis toujours été très apprécié pour les travaux traditionnels grâce à sa dureté et sa densité. Il était très utilisé en charronnage pour faire les roues et les axes de voitures.

Très employé aussi pour faire des poutres et des piliers dans les bâtiments et dans la réalisation de différents outils comme par exemple des charrues, des houes, des peignes et bien d’autres petits outils manuels.

Sa grande résistance à l’humidité le convertit aussi excellent bois pour l’utiliser dans les canaux d’irrigation et d’autres systèmes d’arrosage mineurs.

 

 

Est-ce-que tu reconnais ce son ? Il s’agit des sonnailles. Ses battants, la pièce qui donne des coups à l’intérieur de la pièce métallique, avaient l’habitude d’être fabriqués avec un gros éclat de bois provenant de l’intérieur du chêne vert. Les pasteurs assurent qu’avec ce matériel, le son peut s’écouter très loin. Ainsi, ils reconnaissaient leurs troupeaux et cela leur permettaient de trouver la brebis ou la chèvre perdue dans la montagne. Fixe-toi maintenant aux murs de cette salle, où apparaît un ensemble d’outils. Voyons si tu sais les identifier !

Le bois de chauffage et le charbon végétal étaient, une des autres utilisations habituelles du bois de chêne vert, très aimé dans nos montagnes pour son pouvoir calorifique.

Le bois de chauffage avait l'habitude de provenir des tailles et des essartages (défrichages) des basses montagnes, alors que le charbon s’obtenait par enfournage, où le bois se consommait lentement durant des jours et des jours.

Nous nous retrouvons dans la prochaine salle, où nous verrons quels produits nous donnent le buisson.

 

 

21. Le travail à la ferme. Salle du buisson

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del matorral

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del matorral

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía e la Quintería. Sala del matorral

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del matorral

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Durant des siècles, les espèces végétales, qu’il y avait dans les basses montagnes du parc, ont donné à ses proches habitants, une infinité de ressources naturelles. Fixe-toi sur le mural graphique qui se trouve tout au long du mur de la salle. Il y a beaucoup de plantes et de fruits utilisés dans la fabrication artisanale de différents produits.

 

 

Certains si bons comme par exemple l’excellent miel de montagne ou le miel de bruyère que les apiculteurs collectent chaque année grâce à des ruches installées dans les montagnes, proches de ces prairies qui se noient au printemps de fleurs multi couleurs. Au centre du panneau, tu peux voir la reproduction scénographique d’une ruche traditionnelle et l’hologramme avec un nuage d’abeilles autour. Ces abeilles semblent vraies, n’est-ce-pas ?

Autres produits réalisés sont les insecticides naturels fabriqués avec le thym ou aussi les produits cosmétiques élaborés avec le mélange de la lavande et autres plantes aromatiques. Maintenant approche toi à droite du panneau. Tu trouveras des diffuseurs d’odeurs de certaines de ces plantes pour que tu puisses différencier leur arôme spécifique.

D’autres plantes tellement délicieuses comme par exemple avec le thym, l'aneth, ou l'origan, indispensables quand il faut aromatiser un bon plat.

Et quoi de mieux pour mettre fin à un repas, que les délicieuses marmelades et les liqueurs obtenues à partir de fruits et de baies comme l'arbousier ou le prunellier. Je t’attends dans la prochaine salle, où nous découvrirons les secrets de l’écorce.

 

 

22. Le travail à la ferme. Salle de l’écorce

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la corteza

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la corteza

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía e la Quintería. Sala de la corteza

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la corteza

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Dans cette salle nous verrons les utilisations et les utilisations traditionnelles de l’écorce, de l’yeuse (chêne vert) et du chêne – liège.

 

 

Fixe-toi sur les deux mannequins situés à côté de l’abreuvoir pour le bétail. Ils sont habillés avec des vêtements et accessoires de cuir, élaborés de façon artisanale à partir du tannage de la peau des bêtes qui fréquentent les pâturages de la zone d'influence du parc national de Cabañeros. Dans le processus du tannage s’utilise l’écorce des branches d’yeuses. Sa richesse en tanin l’a convertie en un parfait enduiseur naturel qui évite la décomposition des peaux. Nous allons maintenant voir l’autre usage traditionnel de l’écorce.

Aujourd’hui, encore d’actualité, et comme cela s’est fait pendant des siècles, se maintient une des activités traditionnelles la plus curieuse des montagnes espagnoles : le d’écorçage (dépouiller un chêne-liège de son écorce). Sais-tu de quoi il s’agit? A quoi te fais penser ce mot ? Sûre que tu en as déduit le sens. Il s’agit de l’extraction manuelle et artisanale de l’écorce des chênes-lièges pour le liège. Dans la vidéo projetée sur le mur à droite, tu pourras voir un d’écorçage réel.

Ce n’est pas un travail que peux faire n’importe qui. Il faut seulement avoir beaucoup d’habilité et des outils parfaitement adaptés à ce travail. Il y a des jours qui sont plus compliqués que d’autres et des arbres plus difficiles à d’écorcer. Ceux qui ont des branches courbées vers le bas; ceux qui ont des petites branches ou des « entre-nœuds « ; et ceux qui ont beaucoup de branches interconnectées, nommées « à califourchon « L'équipe, que tu entends, travaille dure depuis plusieurs jours sur ce coteau de chênes-liège. Ils montent le long du tronc sans aide d'escaliers et depuis là-haut, ils décollent la plaque de liège délicatement afin de ne pas la casser.

Une fois au sol, les hommes accumulent les plaques de chêne-liège en faisceaux de 6 plaques qui sont chargées sur le dos d’un mulet. A Cabañeros c’est la manière actuelle de transporter le liège étant donné les difficultés des terrains.

 

 

Une fois que le liège est retiré, nous obtenons de nombreux objets et produits que nous utilisons tous les jours : bouchon, isolant, plaque pour le sol, objets décoratifs, ardoises …

C’est inimaginable ce qui peut provenir de ce parc naturel. Nous continuons dans la salle suivante, dédiée aux animaux, au niveau de l’économie traditionnelle de la ferme de travail.

 

 

23. Le travail à la ferme. Salle du troupeau

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la ganadería

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la ganadería

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía e la Quintería. Sala de la ganadería

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala de la ganadería

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous sommes dans la reproduction de l’intérieur de la ferme qui correspond aux écuries. On y gardait et nourrissait principalement les animaux de charge et de travail qui étaient nécessaires dans les diverses tâches agricoles. Transport de charges lourdes, le travail des champs ou le déplacement des petites norias (roues) pour l’arrosage des vergers familiaux, dans le passé pour le déplacement des campagnards de la contrée des montagnes de Toledo.

 

 

Dans la salle précédente, tu as pu voir un abreuvoir, qui s’utilisait pour donner à boire aux animaux. L’étable qui était à l’intérieure de la ferme, avait une double fonction. Celle de protéger le bétail domestique pour qu’il se repose et donner de la chaleur à l’endroit où dormaient les travailleurs. Dans cette étable normalement on rentrait les vaches, les mules et les brebis.

Le pâturage est une autre des activités traditionnelles qui se réalise dans l’entourage du parc national. Beaucoup des pièces, que tu as vu avant ,qui ont été élaborées en cuir, ont été faîtes par les pasteurs pour le travail le plus habituel : des musettes pour porter la nourriture , des petits outils , des tabliers , des cuissières pour se protéger quand ils tondent les brebis , des vêtements confectionnés pour se couvrir , des manches de petits couteaux pour couper un bon morceau de fromage…

Même si l’objectif le plus important du pasteur est la production de viande de brebis et de chèvre, il y a un autre produit qui se détache pour son excellente qualité et qui se réalise de manière artisanale dans tous les villages de la zone d’influence de Cabañeros : il s’agit du fromage de chèvre.

Sais-tu d’où vient le fromage ? Regarde bien les images qui se projettent. Un audiovisuel de grand format à échelle réelle, comme si c’était un trompe œil (illusion), qui crée une vision optique et qui est occupé par un groupe de brebis. Tu pourras voir comment les brebis sont traites par les pasteurs. Récupérer le lait est le premier travail pour l’élaboration du fromage. Ne fais pas de bruit, les animaux peuvent, s’altérer, se fâcher !!! On se retrouve dans la prochaine salle pour parler du gland et ses qualités.

 

 

24. Le travail à la ferme. Salle du fruit : le gland

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del fruto: la bellota

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del fruto: la bellota

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del fruto: la bellota

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del fruto: la bellota

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Le cochon ibérique est l’animal domestique qui représente le mieux le paysage des pâturages qui se trouve dans l’environnement de Cabañeros. En liberté entre des yeuses et des chênes – liège, ces porcs s’élèvent librement tout en s’alimentant dans les pâturages de glands mûrs qui se trouvent au sol.

Cette activité traditionnelle, appelée »la glandée », se pratique toujours aujourd’hui et donne du travail à beaucoup de pasteurs. Comme ce groupe que nous écoutons, il prend soin de ce pâturage et de ces porcs qui campent. Les pasteurs sont en train de frapper avec de longs bâtons les branches des yeuses, pour que les glands les plus mûrs tombent sur le sol. Aussitôt, les pasteurs se voient entourés de plusieurs porcs qui en profitent bien.

 

 

Ce régime alimentaire, est le principal motif de l’excellente qualité de ces porcs, ce qui en ressort par excellence le jambon ibérique, avec son attrayante couleur brillante et sa couche de graisse parfaitement distribuée. Pour arriver au vieillissement de ces jambons, ce n’est pas un procédé facile. Après avoir commencé dans les pâturages, comme nous l’avons vu, l’étape suivante est le rituel annuel de l’abattoir, qui se réalise toujours de façon traditionnelle dans les villages de Cabañeros.

L’abattage du cochon dure plus ou moins trois jours et se réalise pendant les journées les plus froides de l’année. Les basses températures ne contribuent pas à la fête, mais elles sont nécessaires pour la bonne préparation des produits obtenus. Ces produits ont une grande importance au niveau de l’économie domestique locale, puisque qu’ils permet l’autosuffisance et supposent un apport alimentaire extra pour les familles. C’est pourquoi, les abattages sont toujours aujourd’hui, des journées de célébration, de rencontre et d’aide entre voisins et familles. Des repas en communautés durant lesquels se mélangent dans une parfaite harmonie, le travail et la fête. Dans la salle tu trouveras quatre écrans. Chacun d’entre eux montre un audiovisuel qui explique d’une manière simple la procédure complète de l’abattage ou, dit d’une autre manière, comment se transforme le gland en jambon ibérique. Nous nous retrouvons dans la prochaine salle, où nous terminerons notre parcours du travail à la ferme.

 

 

25. Le travail à la ferme. Salle du bois

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del bosque

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del bosque

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del bosque

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de la Quintería. Sala del bosque

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Nous nous trouvons dans la sixième et dernière salle du travail à la ferme, dédiée à expliquer les activités cynégétiques traditionnelles qui se font aux alentours du parc.

A l’intérieur de ses limites, il n’est pas permis de chasser, mais à l’extérieur oui. Et l’une des plus habituelles, est la chasse à cours dans un bois comme celui-ci, dans lequel il semble que nous sommes au milieu. Un groupe de chiens a découvert un sanglier qui a pris rapidement la fuite comme une âme que le diable emporte. L’énorme corpulence du sangler frappe violemment contre les basses branches tout en laissant une trace trop facile à suivre pour ces chiens bien dressés.

 

 

Le groupe de limiers continue de parcourir la montagne à toute vitesse. Les bedeaux qui vont derrière eux, n’arrêtent pas de les écouter pour que les chiens ne cessent pas de poursuivre le sanglier. Le sanglier a très peu de chance de s’échapper. S’il réussit à traverser le ruisseau grâce à un endroit peu profond, peut-être qu’il stoppera les chiens, mais il court depuis longtemps et ce n’est pas un animal préparé pour résister aux efforts.

Et les coups de feu tirés, qui résonnent au loin, semblent indiquer qu’il n’a pas réussi à s’échapper. Les chasseurs, fusil de chasse en mains et positionnés dans des endroits élevés de la montagne, afin d’avoir une meilleure vue sur la fuite du sanglier, ont gagné aujourd’hui leur morceau.

D’autres chasses ont pour objectif des petits gibiers comme des lièvres, des perdrix, des tourterelles et des pigeons ramier comme cette volée qu’il y a maintenant dans le ciel de ce bois. Aujourd’hui, ils peuvent partir tranquillement. Les chasseurs que nous avons vus avant semblent satisfaits avec le sanglier qu’ils viennent de se gagner, c’est une pièce plus importante. Regarde les traces qui sont incrustées au sol. Un bon chasseur saurait les reconnaître immédiatement, Sais-tu à quel animal elles correspondent ?

 

 

Approche-toi des viseurs que tu trouveras dans les colonnes. Tu pourras voir de spectaculaires images retro illuminées en 3 D mises en relation avec la chasse et ses acteurs. Et ainsi ce termine notre promenade dans la ferme, le travail à la ferme et ses différents espaces. J’espère que tu as aimé le parcours et que tu as appris beaucoup de choses.

 

 

26. L’au revoir, la fin

 

- Audio guía de despedida

- Idioma Español

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma español Cliquez ici

 

- Audio guía de despedida

- Idioma Inglés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma inglés Cliquez ici

 

- Audio guía de despedida

- Idioma Francés

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma francés Cliquez ici

 

- Audio guía de despedida

- Idioma Alemán

- Formato mp3

Audioguia Parque Nacional de Cabañeros idioma alemán Cliquez ici

   

 

Ici se termine notre parcours en ce qui concerne les salles de ce centre des visiteurs et commence le plus important, ta visite au parc national de Cabañeros. Tu vas pouvoir voir de tes propres yeux tout ce que nous avons commenté lors des différentes expositions. J’espère que mes commentaires vont te servir pour mieux comprendre ce que tu vas voir et dont ce que tu vas jouir maintenant.

 

 

Si tu as des questions, des interrogations, demande à mes collègues du centre. Et prépare-toi à jouir d’expériences incroyables en observant la faune dans son cadre naturel.

Merci de ta visite ! Et j’espère que tu reviendras très vite !

 

 

Centre des visiteurs du Parc National de Cabañeros : 13110 - Horcajo de los Montes, Ciudad Real.

- Tel.: +34 91 597 65 77 - informacionma@magrama.es - www.magrama.gob.es/es/red-parques-nacionales/nuestros-parques/cabaneros

 

 

Retour à l'index

 

 
Avis légal|Audioguides Bluehertz|infofrance@audioguias-bluehertz.es| Tel.: +33 (0)1 84 88 04 27 certificados